Accueil

SUMMERTIME

_ UNE FRESQUE MONUMENTALE recouvre les BERGES DE LA SEINE
Depuis la fin du mois de mai,
les berges piétonnes de la Seine se voient recouvrir de plusieurs couches de couleurs. Fruit de la collaboration entre la Galerie Itinerrance et la Mairie de Paris, une succession de fresques éphémères est visible sur le sol, sur plus de deux kilomètres de long : STREAM. Pour ce projet ambitieux, à l’échelle de Paris, la Galerie Itinerrance a réuni 4 street artistes de talent : 1010, Momies, Nebay et Seth.
1010 a entamé le premier segment depuis la fin du mois de mai avec ses abysses en trompe-l’oeil et ses vagues colorées de vert et de bleu. Début juin, il a été rejoint par Momies devant le Musée d’Orsay avec ses abstractions aux couleurs du drapeau français. Puis Nebay qui a déployé ses calligraphies sous le Pont Alexandre III. Enfin, Seth nous a offert une anamorphose visible depuis le Pont de la Concorde. Chacun de ses artistes s’est approprié un segment de cette longue ligne de 2 km qui suit le courant de la Seine, depuis le Musée d’Orsay jusqu’au Musée du quai Branly.

_RENCONTRES D’ARLES 2018 – 2/07/ au 23/09/18 – GLIBERT AND GEORGES (1971- 2016) à la FONDATION LUMA avec les commissaires HANS ULRICH OBRIST et DANIEL BIMBAUM, PIA RONDÉ & FABIEN SALEIL, Topophilie des cendres, CHRISTIAN LUTZ, Anatomie du pouvoir, FRANCIS GROSJEAN, Nature Divinity, LAURA HENNO, Rédemption

_Au travers des ténèbres nos âmes radieuses -CONGOVERPRINT – du 5/07/au 29/07/18 – CENTRE DE LA GRAVURE ETDE L’IMAGE IMPRIMÉE, LA LOUVIÈRE, 10 rue des Amours, B-7100 La Louvière Mardi au dimanche de 10h à 18h.

_FLORA MOSCOVICI artiste en résidence dans le cadre de Territoires extra, projet de développement artistique sur le territoire de la Bretagne mené avec le soutien de la DRAC Bretagne du 02/06 au 30/09/18 – ATELIERS DU PLESSIS MADEUC 35

_DENIS MONFLEUR, Sortir du piège, 6ème édition de l’Art au Fil de la Rance – Médiathèque de Plouër 22490, Jardins de la Mairie 22490 Plouër sur Rance,Chapelle Notre Dame de la Souhaitier 22490 Plouër sur Rance.

_NÉ(E) DE L’ÉCUME ET DES RÊVES , L’Océan quel avenir ? – du 05/05/ au 09/09/18 – MuMa Musée d’art moderne André Malraux, 2 bd Clémenceau 76600 LE HAVRE

_GORDON MATTA-CLARK, Anarchitecte – BOUCHRA KHALLILI – DAPHNÉ LE SERGENT, Géoplitique de l’oubli – jusqu’au 23/09/18 au JEU DE PAUME 75001 PARIS

_VINCENT OLINET ! Invité dans le cadre des « Résidences de l’Art en Dordogne », du 09/07 au 30/07/18, l’artiste présentera au château de Monbazillac des oeuvres inédites réalisées lors de son séjour de création. Vincent Olinet est également invité à participer à la manifestation artistique « épHémères-entrActe #4 », qui se tiendra dans le parc du château de Campagne.

_IO BURGARD, La bête dans la jungle au MUSÉE RÉGIONAL D’ART CONTEMPORAIN OCCITANIE/PYRÉNNÉES-MÉDITERRANNÉE, 146, avenue de la Plage Sérignan 34410 du 07/04 au 16/09/18

_GLEN BAXTER au PRESBYTÈRE de SAINT BRIAC 35 – du 05/07 au 505/08/18 avec la collaboration de la Galerie Isabelle Gounod.
Cette exposition a pris forme grâce à Joachim Monvoisin, jeune artiste rennais, sculpteur et dessinateur, qui souhaite rendre hommage à cet artiste britannique dont il se sent très proche. Célèbre pour ses dessins surréalistes et absurdes, c’est après avoir découvert le surréalisme et le dadaïsme que Glen Baxter développe une appétence pour le non-sens, l’incongru, l’ironie.
Quand le grotesque répond au burlesque.

_Dans le cadre de son exposition personnelle « Peut-on dessiner une couleur ? » DAMIEN CABANES présente des peintures et des sculptures au CHÂTEAU DE BIRON, lieu d’art contemporain Le Bourg 24540 Vérat de BIRON sous le commissariat d’OLIVIER KAEPPELIN – du 30/06 au 04/11/18

_L’été au LAM, Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut de VILLENEUVE D’ASCQ, 1 allée du musée 59650 jusqu’au 9/09/18
Débris-Collages : récupérer, assembler et reconstruire
Cet été, le musée met en lumière sa collection, de manière inédite et transversale, à travers un parcours associant art moderne, art contemporain et art brut.
L’exposition Débris-Collages : récupérer, assembler et reconstruire présente la pratique du collage -très répandue au cours du XXe siècle – tout en la mêlant à celle de la récupération, du démontage, de la déconstruction voire de la destruction. De nouvelles acquisitions et des œuvres très peu, voire jamais exposées, se déploient ainsi dans l’ensemble des espaces d’exposition du musée.

_Troisième lauréat du programme Immersion, une commande photographique franco-américaine, TAYSIR BATNI s’est rendu aux États-Unis, à la rencontre de cousins qu’il connaissait à peine. Au-delà du portrait intime et singulier de sa diaspora familiale, son projet soulève des questionnements universels liés à l’exil et à la construction des identités. Un livre d’artiste et une exposition à l’APERTURE GALLERY à NEW YORK du 15/03 au 23/09/18, retracent sa résidence atypique effectuée sous le parrainage de Sam Stourdzé, directeur des Rencontres d’Arles.
Entre janvier et juillet 2017, le photographe franco-palestinien Taysir Batniji (Palestine, 1966) a partagé le quotidien de ses « cousins d’Amérique » qui résident en Californie et en Floride depuis plusieurs dizaines d’années. Hébergé chez eux, il a cherché à les révéler à travers leur lieu de vie et les objets qui leur appartiennent, les a photographiés et a recueilli leurs histoires. Il s’est également plongé dans ses propres souvenirs en dessinant de mémoire le domicile familial de Gaza. Que signifie partager une histoire commune ? Comment le rapport au passé et les sentiments d’appartenance évoluent-ils lorsque l’on fait le choix d’une nouvelle vie, d’une nouvelle maison ? Taysir Batniji, qui habite en France depuis 1995, a ainsi pu poursuivre des réflexions situées au cœur de sa pratique sur les situations d’entre-deux culturel et géographique, soutenu par la FONDATION D’ENTREPRISE HERMÈS.

_JUSTINE EMARD – Fukami à l’Hôtel Salomon de Rothschild, 11 rue Berryer 75008 Paris du 14/07 au 18/08/18
Yuko Hasegawa, prêtresse de l’art contemporain, directrice artistique du MOT de Tokyo, propose une «Plongée dans l’esthétique japonaise» à travers les formes et les siècles, de la dynastie Jomon aux robots qui miment de Justine Emard. Série d’œuvres en correspondance inédites et surprenantes, de Murakami plus éternel que prévu à l’avenir noir de notre Terre selon Kohei Nawa

_ THU – VAN – TRAN , « Une place au soleil” au La Grande Place, musée du cristal Saint-Louis, Saint-Louis-lès-Bitche, 57619 du 12/07/18 au 7/01/19 – L’artiste (soutenu par la Fondation d’Entreprise Hermès ) dévoile un ensemble d’œuvres emplies de poésie. Arrivée en France avec sa famille en 1981, leur auteur, Thu-Van Tran (Vietnam, 1979), est marquée par deux horizons culturels et géographiques à la fois éloignés et historiquement liés. Alternant photogrammes et sculptures en hévéa et cristal, sa proposition interroge les méandres de la mémoire intime et collective, ainsi que les effets de la distance et du déplacement.

_ « Debout ! » Collection François Pinault – Couvent des Jacobins, Rennes 35000 jusqu’au 9 septembre 2018

_Evasions l’art sans liberté – Musée international des arts modestes, 23, Quai du Maréchal de Lattre de Tassigny 34200 Sète – du 7/04 au 23/09/18 Au-delà de ce qu’on nomme communément « l’art carcéral », l’exposition rassemble plus largement, et pour la première fois, des œuvres et travaux plastiques produits dans des espaces de privation de liberté : prisons, mais aussi camps et lieux d’accueil d’exilés, jusqu’aux camps de concentration.

Des productions des ateliers de la Jungle de Calais aux dessins d’Haz el Sudani réalisés sur les trottoirs de Paris, des Paños, créés par les prisonniers mexicains dans les geôles américaines aux travaux plastiques produits dans les prisons françaises par des détenus dans le cadre d’ateliers de pratique artistique, l’exposition EVASIONS, l’art sans liberté pose l’expression artistique comme dernière des libertés de l’homme.

_Africa is no Island -MACAAL – Musée d’Art Contemporain Africain Al Maiden-Sidi Youssef Ben Ali  40000, Marrakech Maroc – 27/02/2018 – 24/08/2018
Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) inaugure à Marrakech le 24 février 2018 Africa Is No Island (L’Afrique n’est pas une île), une exposition rassemblant des photographes contemporains travaillant sur le continent africain ainsi qu’une exposition semi-permanente issue de la collection générale de la Fondation Alliances. Cette inauguration internationale coïncide avec la première édition de la foire d’art contemporain africain 1-54 à Marrakech. Ce partenariat entre le MACAAL et 1-54, à l’origine d’une effervescence artistique inédite dans la ville, témoigne de l’énergie créative et de la div ersité culturelle du continent africain.

_YU-ICHI  INOUE (1916-1985) à la MAISON DE LA CULTURE DU JAPON, 101 bis Quai Branly 75015 Paris du 14/07/18 au 15/09/18  Le calligraphe Yu-ichi Inoue est l’un des représentants les plus créatifs de l’avant-garde artistique du Japon de l’après-guerre. Transcendant les conventions et les règles traditionnelles, il érigea la calligraphie au rang d’art contemporain. Cette première rétrospective en France réunit 76 œuvres caractéristiques des différentes périodes de sa carrière. Immersion dans un univers monochrome aux formes étonnamment riches et multiples.