MARS A PARIS, BRUXELLES …

MARC CHAGALL  – Entre Guerre et Paix – du 21 février au 21 juillet 2013 Musée du Luxembourg

Chagall meurt en 1985, presque centenaire. Il a traversé le XXème siècle, connu une révolution, deux guerres et l’exil, cotôyé quelques-uns des artistes les plus novateurs de son temps, et produit une oeuvre dans laquelle peuvent se lire son expérience intime de l’Histoire, le souvenir de ses rencontres, de ses voyages, de sa patrie.

Il a passé 3 années à Paris. En 1914, Chagall se rend au vernissage de sa première exposition à Berlin et poursuit son voyage vers la Russie pour y retrouver sa famille et sa fiancée, Bella Rosenfeld. En 1915, il l’épouse et leur fille nait au printemps. Il crée alors une grande série de peintures représentant l’intimité avec Bella:

« C’est comme si elle me connaissait depuis longtemps, comme si elle savait tout de mon enfance, de mon présent, de mon avenir, comme si elle veillait sur moi; je sentis que c’était elle ma femme…Je suis entrée dans une maison nouvelle et j’en suis inséparable. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Aillaud à la Galerie Vieille du Temple jusqu’au 6 avril 2013.

Dans les paysages d’Arthur Aillaud, il faut parler de lieu: c’est essentiel dans son travail. Ces lieux de montagne ou d’ailleurs qui prennent forme dans ses peintures et ses collages avec la trace collée de

l’homme et l’empreinte de l’expérience de l’artiste en son « chantier ». Il utilise la poudre de béton et une belle matière de peinture pour édifier un paysage et nous situer, nous installer en ce lieu tel l’architecte d’un nouveau monde.

MARJANE SATRAPI – Portraits faits à coeur –                Galerie Jérôme de Noirmont jusq’au 23 mars 2013

12 portraits de femmes seules, 6 portraits de duos et 3 peintures de groupes de 4 femmes s’inscrivent dans la continuité des bandes dessinées Persepolis (2000-2003) et Broderies (2003) de Marjane Satrapi. L’artiste y dépeint avec beaucoup d’expressivité la complexité de la nature humaine; c’est la première fois qu’elle nous montre ses peintures.

©Marjane Satrapi. Courtesy Galerie Jérôme de Noirmont

Inspirées de personnalités de son   enfance (où se mêlent Orient et Occident), ces femmes aux regards obliques, inquiets, mystérieux, aux bouches fermées renvoient à « tout ce qui ne se voit pas et que l’on regarde quand on est seul avec soi même »(M.Satrapi). Les peintures aux compositions construites et aux lignes rectilignes offrent de beaux aplats aux couleurs vives et franches.

ANTOINE WATTEAU ( 1684- 1721) – La Leçon de musique – BOZAR de  BRUXELLES jusqu’au 12 mai

 

 

 

 

 

« Qu’on sache seulement qu’il effleurait la toile à petits coups brusques; qu’il peignait court; qu’il n’était pourtant pas un pouce de son corps qui ne participât à ce presque rien; que ses grands mouvements de tout le bras, de tout le jarret, de loin jetés comme pour fouetter violemment la toile et jouir de cet éclat, se résolvaient dans un attouchement furtif, une caresse exaspérée, empêchée: il fomentait dans l’air un paraphe despotique et signait d’une petite croix tremblée; il préparait une gigantesque gifle et ne posait qu’une mouche sur la joue d’une Colombine… » Pierre Michon sur Antoine Watteau

Avec la participation de l’artiste photographe Dirk Braeckman, invité à représenter les tableaux qui n’ont pu être exposés, cette exposition chuchote la présence délicate de Watteau, de ses personnages et de sa musique. La scénographie très subtile aux murs lambrissés intègre des alcôves d’écoute individuelle, vitrines d’instruments de musique pour donner à ce parcours une tempo mesuré.

ALBERTO MAGNELLI (1888-1971) au MUSEE D’IXELLES -BRUXELLES

Un artiste dont l’exposition montre toute la force et la liberté d’expression à l’orée de l’abstraction.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.